Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage
    International
    Par LIBERATION, avec AFP

    Poutine menace : « En cas de rachat d'un sous-traitant d'Hydrox par Monsanto, la riposte de la Russie sera terrible ».

    Vladimir Poutine a annoncé ce mardi tôt dans la matinée qu'une riposte russe était plus qu'envisageable, "inéluctable", en cas de tentative de la part de Monsanto d'acquérir un sous-traitant d'Hydrox incorporated.

    « La riposte de la Grande Russie sera terrible » a déclaré le président russe juché dans sa superbe sur son cheval fougueux.

    Ces évènements font suite à l'annonce par Monsanto de son intention d'acheter le groupe pharmaceutique Euthasia, qui sous-traite à Hydrox plusieurs composés utilisés pour la conception de certaines gammes commercialisées par la firme.

    Une situation tendue  

    Rappelons que la situation s'était crispée ces derniers mois autour de la bataille juridique concernant la propriété du brevet sur la respiration.

    Le président russe, torse nu sur un tank de modèle T-14 Armata, avait proposé à la compagnie Hydrox inc. un renforcement de leurs liens commerciaux, devant aboutir courant 2022 à une cession de la Crimée à l'entreprise. La Russie devrait en retirer une réduction substantielle sur les produits d'armement Hydrox, conformément à la politique commerciale du géant de l'industrie pneumotechnologique.

    L'Etat islamique avait alors salué un tel rapprochement, provoquant l'inquiétude du CEO de l'ONU Ban ki-Moon :

    « On est dans la merde », a déclaré ce dernier.

    L'enjeu est d'autant plus crucial que, dans le cadre du conflit qui l'oppose à Monsanto pour la propriété intellectuelle de la respiration, la firme Hydrox s'est portée acquéreuse d'un nombre inconnu mais certainement conséquent d'entreprises pionnières du secteur de l'armement. Le géant a donc tout intérêt à développer sa branche sécurité pour rentabiliser ces nouvelles acquisitions.

    De son côté, Monsanto a annoncé jeudi la fusion de ses deux filliales, récemment acquises, la société militaire privée Academi (ex Blackwater) et les laboratoires BioGen, qui travailleraient conjointement au développement de nouveaux dispositifs anticoncurrentiels.

    Des employés de Blackwater durant leur pause déjeuner.

    L'analyse d'Etienne Chouard

    Le blogueur et dissident Etienne Chouard décrypte pour nous cette situation :

    « C'est simple. Le capitalisme est violent, personne ne le sait mais moi je le dis, comme Marine que je ne soutiens pas mais qui a raison sur tout.

    Donc il faut tirer nos représentants au sort. Ils faisaient ça à Athènes, et ils avaient du soleil toute l'année ! Et au far-west aussi.

    Donc les vrais fachos, ce sont les antifas, alors que l'extrême-droite est gentille, patriote. Ce sont de doux rêveurs, parfois un peu naïfs. »

    Alexandre Gabriac, ancien cadre du Front-National.


    Et Etienne Chouard de conclure :

    « Alors Poutine a raison. À propos de quoi, au fait ? »

    Une analyse qui fait froid dans le dos...

    Vive réaction des États-Unis

    Dans le doute, les USA ont déclaré dès l'ouverture de la buvette de la maison blanche "prendre acte".

    « Le gouvernement américain prend acte de la situation. Tu me ressers un café ? »

    (déclaration fracassante d'un stagiaire à la Maison blanche, sous couvert d'anonymat)

    L'opposition de la société civile

    En réaction à la sortie de Vladimir Poutine, des opposants du groupe AIR, contestant la collusion de l'économie et du politique, ont annoncé dans la journée de mardi préparer des actions coup de poing à l'encontre des infrastructures d'Hydrox Inc. et de bâtiments officiels russes. Le groupe AIR, connu pour ses prises de position controversées et classé à l'ultragauche anarcho-autonome, s'est distingué par le passé par ses déclarations fracassantes, prophétisant « un avenir carcéral » si rien n'était fait pour stopper l'ascension de la multinationale. Des propos jugés « fantaisistes » par la quasi-totalité de la classe politique.

    Le groupe AIR est considéré comme terroriste dans 45 pays dont la France. En réaction à ses déclarations, Matignon a annoncé dans l'après-midi un renforcement des mesures de sécurité.

    Depuis plusieurs jours, des affiches et graffitis évoquant curieusement l'esthétique du groupe terroriste sont apparus en plusieurs endroits du globe.

    Affiche vraisemblablement collée par des activistes du groupe AIR à Berlin.



    LIBERATION avec AFP
    Un mot à ajouter ?